Marche joue la carte de la stabilité

Avec ses trois équipes en divisions nationales, Marche est le mieux loti des clubs phares de la province (Arlon et Garisart n’en aligneront probablement pas). Les deux équipes messieurs et l’équipe dames seront encore sur la brèche cette année. À ces trois équipes, il faut ajouter celle des dames de plus de 25 ans qui défendra son titre de championne de Belgique de D1. " Nous ne désespérons pas de nous renforcer en transférant l’un ou l’autre cadre supplémentaire d’ici la date fatidique du 15 janvier, relate prudemment le directeur sportif Nicolas Furnémont. De leur côté, les frères Martin, qui ont repris l’école de tennis de Barvaux, ont confirmé qu’ils seraient encore de la partie avec nous cette année. "

Christian VAN HERCK
 Nicolas Furnémont est persuadé qu’une nouvelle génération est prête pour prendre la relève à Marche.
Nicolas Furnémont est persuadé qu’une nouvelle génération est prête pour prendre la relève à Marche. ©ÉdA

Depuis plus de dix ans et l’avènement de la génération des frères Arthur et Victor Huart, de Maxime Goergin, Bryan Moïse ou encore Maud Pierard, Marche évolue en nationale. La génération des Mattéo Donolato, Germain Deflandre ou Thibaut et Gauthier Martin a suivi. Tous ces jeunes adultes, renforcés par quelques stars du tennis provincial, forment l’ossature des équipes qui défendent les couleurs mautchis au plus haut niveau. "La génération suivante pointe le bout de son nez, souligne Nicolas Furnémont. Les moins de 13 sont prometteurs avec des gars comme Hugo Gaspard ou Nathan Piette. La relève est assurée."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...