Givry: Damien Raths sort du silence et donne son point de vue

Damien Raths est sorti du silence après la fin de son parcours à Givry. Il remet en cause les chiffres présentés par Givry au début de l’aventure.

La Rédaction de L'Avenir
Givry: Damien Raths sort du silence et donne son point de vue

Depuis quelques semaines, Givry a mis fin aux relations avec Damien Raths qui devait être à la tête de la reprise du club.

Le club en avait marre que les promesses ne soient pas tenues. Le club s’est lié à des investisseurs liégeois qui ont amené Farid Ferhi comme entraîneur et Daniel Closon comme directeur sportif.

Damien Raths, qui a toujours été silencieux, a réagi ce jeudi via un communiqué dont nous reprenons des extraits. Un communiqué qui conduira à des réactions et sur lequel nous reviendrons.

" J’aimerais clarifier et rectifier certains points. En juillet, le club devait présenter un bilan prévisionnel pour la saison 22-23 et la société d’investissement devait planifier et organiser la due diligence, c’est-à-dire un contrôle des comptes des dernières années ainsi qu’un contrôle juridique des 3 dernières années. Une Due Dilligence dure normalement 4-5 mois (si elle est rapide). Jusqu’à ce que cette Due Dilligence soit terminée, dans ce laps de temps le club devrait s’autofinancer.

L’équipe sportive a été constituée sur la base du bilan prévisionnel fourni par le club. Le club a clairement communiqué ce qu’il avait comme revenus et ce qu’il pouvait faire. Pour nous, en tant qu’entreprise, cela n’avait pas d’importance, car le vrai projet n’aurait commencé qu’après la reprise et si le club avait dit que nous n’avions pas d’argent, cela aurait été OK pour nous aussi, nous aurions dû passer alors les six premiers mois sans argent jusqu’à ce que la reprise soit fixée. Mais comme le club a prévu un chiffre d’affaires à 6 chiffres dans son bilan prévisionnel, l’équipe et l’entraîneur ont été engagés sur ces bases.

Au milieu du mois de juillet, il est apparu que le club avait encore des dettes à cinq chiffres de la saison dernière. Nous n’en étions pas directement informés jusqu’à présent. Nous étions au courant d’autres dettes (ce qui nous convenait), mais pas de ces dettes.

Deuxième problème, alors que la saison a démarré et que nous, en tant que groupe financier, avons fait avancer l’organisation de la reprise, des problèmes financiers sont apparus assez rapidement. Des problèmes financiers qui nous ont surpris.

Nous nous sommes alors rendus compte assez rapidement que l’association avait présenté des chiffres qui étaient fictifs.

Pour nous, il était clair dès le départ que l’entreprise qui reprendrait le club commencerait à payer si les contrats/due dilligence étaient conclus avec succès.

De plus, ce n’était pas Damien Raths qui reprenait le club, mais une société d’investissement avec plusieurs personnes derrière. Au lieu de se concentrer sur la reprise du club, on a été chaque jour confrontés à des choses qui devaient être payées. Bien sûr, moi et mes collègues ont fini par trouver le comportement du club inacceptable.

Il était clair dès le départ que l’entreprise qui reprendrait le club commencera à payer si les contrats/due dilligence étaient conclus avec succès.

Nous avions tout de même, avec un précieux sponsor, payé les salaires d’août et septembre. Notons aussi que c’est le club a annulé la possible reprise et pas nous. "

Du côté de Givry, on est heureux d'avoir terminé cette "collaboration" et d'avoir tourné la page Damien Raths.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...