Roy et Melreux s’enlisent, mais ne rendent pas les armes

Si Petit-Han se réveille, ce n’est pas le cas de Melreux-Hotton et de Roy, nouvelle lanterne rouge. Voyage en bas de tableau.

Thierry Lefevre
 Antoine Lichtfus avait le sourire au moment de recevoir le soulier d’or de Roy l’an dernier. Il espère retrouver ce sourire en 2023.
Antoine Lichtfus avait le sourire au moment de recevoir le soulier d’or de Roy l’an dernier. Il espère retrouver ce sourire en 2023. ©ÉdA

Avec le réveil de Petit-Han (6 sur 6 contre Halthier et Waha-Marche), c’est Roy qui hérite de la lanterne rouge après cette douzième journée de championnat. Le capitaine Antoine Lichtfus analyse les raisons de ce début de saison raté: "Il y a beaucoup d’éléments qui nous ont entraînés dans cette situation. Nous avons tout d’abord perdu deux joueurs (Klein et Mathy) qui faisaient tourner l’équipe l’an dernier. Nous avons transféré, mais le niveau ne semble pas suffisant pour la P2. Le gros du noyau est formé de jeunes joueurs qui manquent cruellement d’expérience. Nous avions pourtant fait une bonne préparation, mais on s’est écroulé en championnat à cause du stress." Les Famennois n’abdiquent cependant pas encore. "On garde une bonne ambiance , même si on sent une petite démotivation. On espère se relancer en 2023, ou même avant, notamment face aux promus que sont Mageret et Petit-Han." Pas question de tenter le coup du choc psychologique, en tout cas: "Carl (Perpète) est présent au club depuis de nombreuses années et il garde notre confiance. Nous en avons déjà parlé avec des membres du comité. Son départ n’est pas du tout à l’ordre du jour."