Johan Walelo n’avait pas fini son tour de Gaume

Si Libramont a son Walexpo, Meix a désormais son Walelo, Johan de son prénom. Dernier arrivé sur la liste des recrues gaumaises, le médian défensif congolais, né à Kinshasa voilà 24 ans, n’a pas traîné pour prendre une place importante sur l’échiquier de Philippe Petit. Monté au jeu, et au cœur de la tourmente, à Marloie il y a quinze jours, il était déjà titulaire à Habay une semaine plus tard et encore samedi, face à Libramont, avec une égale efficacité. Posté devant la défense, le petit médian, au centre de gravité très bas, récupère les ballons, en impose par son calme en toutes circonstances et semble avoir fait de la sobriété l’un de ses principaux leitmotivs.

D. J.
 Johan Walelo stabilise plutôt bien l’entrejeu méchois.
Johan Walelo stabilise plutôt bien l’entrejeu méchois. ©ÉdA – 60275239904 

Walelo, la saison passée, portait les couleurs d’Acren, dans le Hainaut, après avoir transité par l’Union Saint-Gilloise, l’Angleterre et le Portugal. Mais qu’est-ce qui l’a amené à Meix dès lors ? "Laurent Dewalque, répond-il, avant d’en dire davantage sur son passé gaumais. Je suis venu en Belgique à l’âge de 4 ans, avec ma mère, ma sœur et mon frère. Nous nous sommes établis à Saint-Léger et c’est là que j’ai signé ma première affiliation avant de rejoindre les jeunes de Virton où j’ai été l’équipier de Pierre Gomrée, Olivier Schmit et Laurent Dewalque. C’est lui qui a proposé à Philippe Petit de m’enrôler. C’est mon grand ami, nous sommes toujours restés en contact, même quand j’ai quitté la Gaume avec ma famille pour rejoindre Bruxelles."