A la rencontre des frères Louis et Maxime Lambert qui vont s’affronter pour la première fois: « Pas de cadeau »

Le Mormontois Louis Lambert et son frangin Maxime, à Rochefort, vont s’affronter officiellement pour la première fois.

Interview : Jérémy RODE
 Louis (21 ans) et Maxime (28 ans) vont s’affronter pour la première fois. Qui aura le sourire dimanche?
Louis (21 ans) et Maxime (28 ans) vont s’affronter pour la première fois. Qui aura le sourire dimanche? ©- 

Equipiers pendant deux saisons à Rochefort, les frangins Louis Lambert (21 ans), désormais à Mormont et Maxime Lambert (28 ans), toujours à Rochefort, vont s’affronter pour la première fois. Les Champlonnais s’expriment avant la rencontre.

Vous êtes-vous déjà affrontés ?

Maxime: Une fois en amical, j’étais à Stockay, Louis à Rochefort, tu te souviens du score ?

Louis: Oui, une lourde défaite, 1-6, mais cela ne comptait pas (rires).

Quel est votre pronostic pour dimanche ?

M.: 1-4 et si je peux marquer un but, tant mieux.

L.: 2-1.

Êtes-vous impatients de vous rencontrer ?

L.: J’ai surtout envie de jouer cette rencontre car je suis sorti à la pause à Herstal, je n’étais pas bon. Mais Rochefort, où je suis resté quatre ans, c’est spécial pour moi. Je connais encore tout le monde là-bas évidemment. J’espère que Maxime jouera aussi.

M.: Vu mon faible temps de jeu en ce début de saison (NDLR: il a été 4 fois remplaçant et compte 124 minutes de jeu), je veux surtout être sur le terrain. Et si j’y suis, je risque de croiser mon frère évidemment. Mais pas de cadeau sur le terrain, ce n’est pas notre genre. On s’est toujours donné à fond et si on doit se livrer un gros duel, on le fera.

Quelle est la plus grosse qualité footballistique de ton frère ?

M.: Il a une bonne qualité de passe et une bonne vision quand il a le jeu devant lui.

L.: Son jeu des deux pieds, il est aussi bon dans ses déplacements sans ballon, toujours là où il faut sans trop courir.

Quel est son défaut principal ?

M.: Son jeu de tête, il mesure 1m90, mais il n’en touche pas une (rires).

L.: Son caractère sur le terrain envers ses équipiers, il n’est pas tendre.

Quel est votre meilleur souvenir en commun ?

Maxime et Louis : Tout simplement d’avoir joué ensemble, c’était aussi une fierté pour nos parents qui ont toujours tout fait pour nous par rapport au foot. Si nous avons un tel parcours, c’est grâce à leurs efforts pour nous.

Est-ce que vous avez envie de rejouer un jour ensemble ?

M. : Oui, mais cela se fera-t-il ? Je ne sais pas, j’ai bientôt 30 ans, je ne jouerai plus des années à ce niveau et Louis a seulement 21 ans. Mais avec la saison que je vis, on ne sait jamais.

L.: Avec son caractère, ce n’est pas si simple de jouer avec Max. Mais j’espère quand même me retrouver avec lui un jour, il m’a aussi toujours bien conseillé, servi de guide aussi.

Qu’est-ce que votre club a de plus que celui de votre frère ?

M.: Le budget, il ne faut pas se cacher. Si la famille Lhoist a investi, ce n’est pas rien ni pour rien. Nous avons aussi d’autres infrastructures avec un billard à Jemelle en semaine et le Parc des Roches le week-end.

L.: La convivialité, ce rapport avec les supporteurs, l’ambiance familiale. Rochefort a perdu ce charme au fil des années avec de plus en plus d’exigences. Tout a changé.

Comment vivez-vous le début de saison de votre équipe et le vôtre ?

M.: C’est compliqué, je pense avoir prouvé durant les dernières saisons que j’avais le niveau en nationale. Je ne comprends pas toujours tous les choix, mais je bosse à 100% et je sais que je vais avoir ma chance tôt ou tard et je vais devoir la saisir. À moi de prouver que j’ai ma place dans cette équipe de Rochefort.

L.: Après ce que j’ai vécu la saison passée, je suis heureux, je vais de nouveau m’entraîner avec le sourire. Je sais que le coach a confiance et il dit les choses. À mon âge, il était important que je trouve du temps de jeu. Et nous avons réussi notre début de saison avec neuf unités, je ne pouvais guère rêver mieux.

Est-ce que vous débriefez vos matchs ensemble ?

M.: Oui, on parle énormément de football, mais je me pose surtout la question de savoir comment il a joué. Où pourquoi il était sorti à l pause à Herstal par exemple. Je regarde plus à son match qu’à la rencontre de son équipe.

L.: C’est encore plus vrai pour moi. Ce que fait Rochefort m’importe peu, j’ai été dégoûté par le club la saison dernière (voir ci-contre). Donc je parle de sa prestation à lui. Enfin pour le moment, plus de ses montées au jeu.

Auriez-vous effectué le même choix de carrière que votre frère ?

L.: Oui, il a réussi partout où il est passé. Il ne faut pas oublier qu’il a eu deux fois les croisés (à 15 et 21 ans). Pour le reste, les statistiques parlent pour lui.

M.: En passant par Ciney, la référence de la région en matière de formation, Louis a été à bonne école. Et débuter en P1 à Rochefort était aussi judicieux tout comme son choix de partir cet été.