Jacques Sonnet, démissionnaire du CP, n’en peut plus de l’ACFF et des équipes B

Après 11 ans au CP Luxembourg, Jacques Sonnet (Vaux-sur-Sûre) a remis sa démission. Il en explique les raisons, avec les équipes B et l’ACFF dans le viseur.

Xavier Creer
 Jacques Sonnet ira toujours au foot, surtout à Vaux-sur-Sûre.
Jacques Sonnet ira toujours au foot, surtout à Vaux-sur-Sûre.

Devenu membre du CP Luxembourg en 2011, après avoir été incité à se présenter par Michel Rossignon – "un vrai Monsieur, d’une droiture exemplaire et d’une aura extraordinaire" – Jacques Sonnet a décidé de démissionner. "Une décision difficile, mais prise après mure réflexion", concède l’intéressé. En cause, un certain ras-le-bol chez le Valsurois de 71 ans, entre autres vis-à-vis des équipes B. "L’obligation de jouer sur un synthétique par moments et l’incorporation des équipes B, parfois renforcés par des joueurs de A, font que les championnats sont faussés, regrette Jacques Sonnet . Un club sans équipe B est pénalisé au départ du championnat. Il faut aussi voir les conséquences sur les petits clubs, avec plusieurs qui ont dû arrêter faute de joueurs et qui ne redémarreront jamais. Dans la commune de Vaux-sur-Sûre, les responsables sont unanimes pour dire que si un des clubs engage une équipe B, un des cinq clubs mettra la clé sous le paillasson." Pour l‘ancien secrétaire de Vaux-sur-Sûre, il existe des pistes de solutions: "Il faudrait pouvoir refuser de jouer sur synthétique, comme c’est le cas pour les matchs en soirée. Quant aux joueurs qui redescendent de A, il faudrait limiter le nombre selon l’écart de divisions avec l’équipe B. Un projet existe dans ce sens, mais il a été reporté par l’ACFF." L’ACFF, c’est justement l’autre raison du courroux de Jacques Sonnet: "L’ACFF prend nettement le dessus sur les provinces, les responsabilités du CP ont été diminuées de plus en plus. L’époque où le CP était maître de sa province est bien loin. Désormais cela se limite à aller vérifier les terrains, les éclairages et organiser les championnats et coupes. J’ai l’impression que les CP vont disparaître et tout sera centralisé, comme en Flandre."