Le Stabulois montera en N3 si une place se libère

Le Stabulois n'est pas passé loin de l'exploit

La Rédaction de L'Avenir

Le Stabulois jouait le tour final des seconds ce samedi. Versés dans une poule avec Bruxelles, Bredene et Rotselaar, les hommes de Nicolas Bodard devaient terminer dans les deux premiers pour grimper en Nationale III. "Nous débutons bien en nous imposant 2-0 face à Bruxelles, indique Nicolas Bodard. Nous avons sorti le match idéal, avec un Antoine Pirenne qui a directement fait la différence au service en donnant confiance à tout le monde." Dans le deuxième match de poule, le Stabulois s’est incliné dans le tie-break face à Bredene avant de perdre 2-0 face à Rotselaaer et de terminer troisième de sa poule. "Nous avons alors joué un match pour la cinquième place, précise Nicolas Bodard. Nous allons au tie-break et nous perdons 13-15. Si l’équipe était un peu mieux préparée physiquement, je suis persuadé que nous serions en N3 aujourd’hui.Nous avons manqué de fraîcheur et à ce moment-là, tu retombes dans tes travers, en forçant ton jeu et en commettant des erreurs.Les deux derniers points du tie-break, ce sont une erreur à l’attaque et une au bloc.Antoine Pirenne n’a pas su jouer le dernier match à cause de crampes, Gilles Leleu était cramé. Nous avons joué dix sets en un peu plus de six heures.Avec trente minutes de pause. Je retiens surtout que nous sommes la seule équipe francophone à avoir pu prendre la troisième place dans une poule." Notons que malgré la défaite, le Stabulois, qui termine sixième, pourrait monter. "Les cinq premiers montent à coup sûr.Si une place venait à se libérer, la montée sera pour nous , dit Nicolas Bodard. Il faudra un peu de chance, celle que nous n’avons pas eue ce samedi."