«Elle est perfectionniste, peut-être un peu trop…»

Régis Lacourt est l’entraîneur de Malia Jacquemin au Triathlon O3 Ardenne-Gaume.

D. J.
«Elle est perfectionniste, peut-être un peu trop…»

«Elle a un très gros moteur, analyse-t-il. Ses résultats en cross en disent long sur ses capacités en course à pied. À vélo, elle doit encore progresser techniquement, mais c’est en natation qu’elle a la plus grosse marge. Elle commence à travailler cette discipline et elle s’est déjà bien améliorée. C’est encore une enfant, elle est encore frêle et le développement du haut du corps est important pour la natation. Mais je dois toutefois veiller à ne pas interférer de la sorte sur ses performances en athlétisme. Si elle confirme ses dispositions, à un moment, il faudra qu’elle fasse un choix, mais il est encore trop tôt pour cela. C’est important qu’elle continue de s’amuser. En tout cas, c’est un vrai talent brut, qui peut aller très loin, d’autant qu’elle est très à l’écoute, très volontaire et jusqu’au-boutiste. C’est une perfectionniste, dans tout ce qu’elle fait, à l’école aussi (NDLR : où elle a avancé d’une année), mais elle l’est peut-être un peu trop. En ce sens qu’elle a du mal à digérer les déceptions. Elle sait par exemple qu’elle doit encore s’améliorer en natation si elle veut devenir championne de Belgique et comme ça ne va pas assez vite à son goût, elle me dit qu’elle est nulle. J’essaie de la sensibiliser à ça parce qu’elle met la barre très haut, mais il faut qu’elle accepte que ça se passe un peu moins bien de temps à autre.» D. J.