Un point précieux avant Huy

Sprimont0

J. P.
 Mazzara a été sauvé par son cadre et peut-être aussi par l’arbitre.
Mazzara a été sauvé par son cadre et peut-être aussi par l’arbitre. ©ÉdA – 50556638987

On est dans les arrêts de jeu d’un match qui ne restera pas longtemps dans la mémoire des rares spectateurs présents. Sprimont pousse tant et plus pour essayer de trouver la faille dans la défense visiteuse. Un dernier corner arrive dans le petit rectangle, Gwénaël Mazzara y va de bon cœur dans sa sortie et plaque au sol Pierre-Alain Laloux qui s’apprête à ajuster sa tête. La colère gronde du côté de Sprimont quand l’arbitre décide d’ignorer la faute tandis que dans le camp d’Oppagne tout le monde pousse un gros ouf de soulagement. Ce sera pratiquement le seul fait de match, si l’on excepte encore une frappe de Moukoko sur le montant au quart d’heure et un centre-tir de Lambrechts sauvé d’une claquette par Mazzara via la barre à l’heure de jeu. Pour le reste, rien ou presque. Ce que craignait le coach des Carriers Hervé Houlmont avant la partie va se vérifier. Celui-ci s’attendait à devoir affronter un bloc compact, qui dans sa position actuelle au classement allait vendre chèrement sa peau. Ce que les Coalisés ont réussi à faire avec beaucoup de maîtrise."On a eu les possibilités de faire la différence, mais on a manqué de justesse dans le dernier geste",regrette Hervé Houlmont. Sans doute, mais il faut aussi souligner que les hommes de Pierre Todesco, qui a repris le rôle de T1 à la suite de la suspension de Valère Lamy, ont bien neutralisé les actions adverses et n’ont que très peu laissé l’opportunité à l’adversaire de s’approcher du but. Les motifs de satisfaction, il fallait donc les trouver dans le camp visiteur où personne n’a ménagé ses efforts."On savait que l’on avait en face une équipe qui sait jouer au foot, il fallait les presser dans le milieu, explique Benjamin Kersten qui retrouvait une place de titulaire, statut qu’il avait perdu depuis fin décembre.Le pressing a bien fonctionné, pas toujours de manière académique, mais l’envie était là. Sprimont a sûrement proposé un jeu plus agréable à regarder, mais le caractère était plus fort chez nous."