Un caillebotis invite à la promenade

Éric Domb regrette toujours que la première mouture de Nassonia fût perçue par certains comme une possible mainmise sur la forêt, y compris en la fermant.

S.E.
Un caillebotis invite à la promenade
Un circuit didactique se découvre le long d’un caillebotis dans la réserve du Rouge Poncé. ©ÉdA

«Nassonia a pour but de permettre à la forêt d’être rémunérée pour les services qu’elle rend à la société, répond-il désormais. Nous sommes à 100 lieues du parc Pairi Daiza qui est un espace recréé». Il l’affirme aussi: jamais il n’entend, même en sous-traitance, développer une activité économique sur ce territoire forestier. La ministre Céline Tellier tient aussi à rassurer, comme le faisait déjà son prédécesseur, sur l’accessibilité future du territoire Nassonia en vertu du code forestier. «Il n’a jamais été question de privatisation car cela restera bien du domaine public». L’un des objectifs est un tourisme diffus pour inviter les visiteurs à découvrir la forêt de manière réfléchie, y compris avec des retombées économiques pour la région (gîtes, restaurants). L’un des premiers aménagements s’inscrivant dans Nassonia invite justement à découvrir la forêt. Un caillebotis en bois a été aménagé dans la réserve du Rouge Poncé, portion de la forêt domaniale sur le territoire de Tenneville. Le long de ce chemin, le promeneur pourra découvrir des panneaux didactiques. Ces aménagements ont bénéficié de 80 000€ de fonds européens. Un autre projet qui devrait se mettre en place vise à restaurer les prairies du Fourneau Saint-Michel. Il a fait l’objet d’une demande de subvention régionale via le programme wallon de Développement rural.