Ce couple est injoignable

M. et M me D'hulst, locataires à Chovaimont, entre Marche et Rendeux, connaissent des problèmes de raccordement au téléphone.

JuIien BIL

Ils ne sont pas contents. Et c'est le moins que l'on puisse écrire. Francis D'hulst et sa femme vivent une situation pour le moins kafkaïenne. Ils sont pour le moment locataires dans une vaste propriété, située au lieu-dit Chovaimont, à la limite entre Marche et Rendeux, sur la route menant à Chéoux.

« Nous louons ici, le temps de construire dans mon village natal à Grimbiémont à deux kilomètres d'ici, explique Francis D'hulst. Nous avons donc besoin du téléphone et d'une liaison internet valable si l'on veut rester en contact avec les architectes, entrepreneurs et administrations actifs sur notre chantier. Le 4 janvier, nous avons donc logiquement effectué une demande à Belgacom pour être raccordés au téléphone. Le 27 janvier, ils nous disent que les travaux seront effectués dans les prochaines semaines avant d'envoyer un nouveau courrier le 1er mars. Là, Belgacom nous répond que suite à la saturation momentanée de l'infrastructure, ces travaux ne pourront être satisfaits avant le 28 août 2010. Belgacom nous propose alors de mettre un GSM à notre disposition. Fort bien, mais nous ne pouvons utiliser nos GSM qu'à un seul endroit de la maison, et à une certaine hauteur au-dessus du frigo. Et encore, nous ne pouvons qu'appeler. Nous sommes donc injoignables. Sans compter la liaison internet qui est trop lente et qui m'empêche d'imprimer le moindre plan de ma future maison. » Mr D'hulst n'en reste pas là et renvoie un recommandé au service clientèle de Belgacom. « Dans cette missive, j'ai fait état que le propriétaire nous a confirmé qu'un câble multi-brins permettant de raccorder plusieurs dizaines de postes téléphoniques aboutit quasiment contre la façade de notre immeuble. Il est d'ailleurs étrange que la propriété mitoyenne à la nôtre dispose de sa ligne. Pour moi, le seul travail à effectuer est de relier ce câble aux prises téléphoniques de la maison. Nous nous engageons même à dégager le câble préalablement à la visite de leur agent et à reboucher après son départ. » Ce qui dérange surtout ce couple, c'est le manque d'informations et de précision apporté à leurs demandes. « Une saturation momentanée de l'infrastructure ! Fort bien, mais qu'est-ce que cela veut dire ? Qu'est-ce que ça signifie en terme de travaux, de délais ? On n'explique rien. C'est pour cela que nous nous tournons vers la presse, pour avoir des réponses à nos questions... »

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...