« L’alcolock » n’est pas une peine : la Cour de cassation casse un jugement chestrolais

Les juges chestrolais ont, eux aussi, condamné un prévenu au placement d’un éthylotest antidémarrage, avec sursis.

Jean-Pierre De Staercke

Le 24 février dernier, le tribunal correctionnel de Neufchâteau, siégeant en appel de police, ne connaissait pas encore la jurisprudence de la Cour de cassation concernant le placement obligatoire d’un «alcolock», un éthylotest antidémarrage, et surtout avec sursis. En effet, la haute Cour ne s’est prononcée sur la question qu’une semaine plus tard.