«On l’a dit, on le fera: on ouvre le 1er mai»

Si l’intention de nombreux restaurateurs d’ouvrir samedi n’est plus, le Relais Saint-Monon maintient sa volonté d’accueillir les clients.

Benoît GUEUNING
«On l’a dit, on le fera: on ouvre le 1er  mai»
Roxane Godefroid: «On risque 750€ amende. Et alors? Adviendra ce qui adviendra. Au point où on en est…» ©CBGUU

Elle l'a crié haut et fort il y a quelques semaines qu'elle et son mari ouvriraient le Relais Saint-Monon le 1er mai, de concert avec de nombreux autres restaurateurs. Elle le répète, alors que quasi tous ont fait marche arrière, face au risque d'importantes sanctions. «On n'a plus rien à perdre, que risque-t-on encore?, clame Roxane Godefroid. On risque 750€ amende. Et alors? Adviendra ce qui adviendra. Au point où on en est. Les huissiers ont commencé à débarquer, pour l'ONSS et les lois sociales. On nous empêche de travailler, et maintenant on veut saisir mes biens. Mes nerfs et ceux de mon mari lâchent. On craque physiquement aussi. Puis lorsque je dis quelque chose, je le fais. Il est hors de question que je recule.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.