Le bétail bientôt privé de cours d’eau

Au nombre de 99, les érosions trônent donc en tête des points noirs. «Elles sont surtout dues à l’accès du bétail aux cours d’eau, et aux résineux plantés à moins de 6 mètres de ceux-ci», justifie Marie Lecomte.

Concernant le bétail: «Un exemple d'action est de clôturer pour empêcher l'accès au bétail», déclare-t-elle. Cette problématique a déjà été pointée en 1973. Imposition avait été faite de clôturer des cours d'eau non navigables. Mais de nombreuses Communes avaient demandé des dérogations. Toutefois, un nouveau décret a été voté par la Région en octobre 2018, avec obligation pour tous ceux qui avaient la dérogation, de clôturer tous les cours d'eau non navigables pour le 1er janvier 2023.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.