«Mon revers à une main, c’est grâce à Justine»

Étudiante à Namur, Eloïse Deflandre (23 ans) s’apprête à rejoindre Maastricht pour un Erasmus. Sans entraînement, elle a remporté le tournoi de dames 2 de son club, Nassogne. Si elle n’a plus tout à fait le tennis comme priorité, sa combativité et l’amour de ce sport ont fait la différence.

Interview : Christian VAN HERCK
«Mon revers à une main, c’est grâce à Justine»
Eloïse et la famille Deflandre, un attachement inconditionnel au TC Nassogne. ©ÉdA

Éloïse Deflandre, votre père, votre frère et vous, êtes des série B, votre sœur Lucie est C15.5, votre compagnon Victor Lobet est B-2/6. On peut ajouter que votre père est le Monsieur tennis dans la partie francophone du pays en tant que secrétaire général de l’AFT. Est-ce qu’il vous arrive de parler d’autre chose que de tennis quand vous êtes le soir à table?