paysanne atypique en Hesbaye

On m’interdit d’assumer tout mon travail En Hesbaye, Gisèle Depas passe pour une originale, et elle se revendique d’ailleurs paysanne atypique.

paysanne atypique en Hesbaye
©ÉdA – 40628659471

Au pays des grandes cultures, elle élève une trentaine d’animaux, pour sa subsistance, pour en distribuer ou vendre à sa famille, autour d’elle, non pas sur une petite «exploitation», mais sur une petite ferme: «Je n’exploite pas la terre, je la cultive, je n’exploite pas les animaux, je les élève. On m’interdit d’assumer mon travail de A à Z, en m’interdisant d’assumer la mise à mort. Je tue déjà mes poules, mes lapins. Pour moi, il ne faut rien délocaliser, je veux rester en dehors des circuits agro-industriels.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.