Jean Jacquet, capitaine éternel et champion à 80 ans

Le club de la Famenne s’offre un titre de champion régional. Jean Jacquet, le capitaine, a joué sa dernière campagne d’interclubs… à 80 ans.

Christian VAN HERCK
Jean Jacquet, capitaine éternel et champion à 80 ans
Jean Jacquet, avec la secrétaire du club Caroline Reumont. ©ÉdA

Louis, Serge, Patrick, André, Stéphane, Michel et les autres sont champions régionaux avec leur club de Nassogne. Ils ont remporté le titre de division IV en messieurs plus de 45 ans en s’imposant en match aller-retour face à l’équipe de Houyet. Bravo à eux, mais surtout un immense bravo aux autres… Les autres, c’est Jean, il compte pour deux, à la fois capitaine et joueur de double.

Jean Jacquet fêtera ses 80 ans en 2017: «J'ai décidé de tirer ma révérence en jouant une dernière fois les interclubs cette année. J'ai rêvé de finir la boucle avec un titre de champion.»

Le Bruxellois, Nassognard d'adoption, parle de ce titre avec l'enthousiasme d'un gamin qui vient de remporter sa première coupe de mini-tennis. «C'est mon équipe. Nous jouions habituellement en division III, mais comme je rêvais de terminer ma carrière sur un coup d'éclat, je leur ai proposé de descendre d'une division. C'est un véritable bonheur d'avoir pu relever ce dernier défi.»

Monsieur «Tennis» n’a pas réussi à quitter Nassogne

Le prof de gym de Bruxelles, une fois à la retraite, a rejoint sa petite maison de campagne de Nassogne en 1989.

Passionné de tennis, il a naturellement rejoint le club local, dont il a assuré longtemps le secrétariat et la direction de l’école de tennis.

Il est vite devenu le chef d'orchestre du club: «J'adore cette occupation que je partage avec mes activités au centre culturel de Nassogne. Je me suis passionné pour ce village et son club de tennis.»

Les souvenirs ne manquent pas pour Jean Jacquet: «Les moments de convivialité sont innombrables, mais je n'oublierai pas les années 92 à 95, où nous avons réussi à monter une équipe en nationale. C'était alors Joseph Buron qui présidait le club.»

En 2008, la femme de Jean est tombée malade: «J'ai dû m'occuper d'elle et la soigner jusqu'à son décès en 2011. Je n'avais plus beaucoup de temps pour m'occuper du club. Samuel Deflandre a pris le relais, mais il a été repéré par l'AFT où il est devenu secrétaire-général adjoint.»

Nassogne cherche aujourd'hui un nouveau souffle pour relancer la dynamique. «Nous avons besoin d'un nouvel homme fort pour prendre nos jeunes en main, poursuit le Monsieur «Tennis» de Nassogne. Nous n'avons pas encore mis la main sur cet oiseau rare.»

Jean Jacquet sera toujours là pour donner un coup de main aux jeunes: «Après le décès de mon épouse, j'avais décidé de retourner auprès de ma fille à Bruxelles, mais c'était plus fort que moi, le tennis m'a retenu à Nassogne.»

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...