Les ambiances de « Sous l’aile du temps »

Un superbe recueil de photos dont le fil conducteur est le temps qu’il fait, ses couleurs, ses ambiances.

Les ambiances de « Sous l’aile du temps »
Livre Philippe Moës ©ÉdA – 10401416222

Philippe Moës est garde forestier à Nassogne. Il se présente très modestement, sur son site internet, comme photographe amateur. Si ce n'est, en effet, pas sa profession, il a poussé sa passion de la photo naturaliste à un degré de qualité vraiment très haut perché. Avec le Vosgien Fabrice Cahez, il vient de sortir un livre de photographies résultant d'une sélection minutieuse, puisée essentiellement dans leurs deux photothèques, parmi les clichés pris depuis quatre ou cinq ans. Les deux hommes se sont rencontrés dans des expos, des festivals. Ils se ressemblent, se complètent dans leur passion: leur collaboration est venue naturellement. Ils ont travaillé durant deux ans sur le projet. L'ouvrage est servi par une mise en page élaborée avec un soin extrême. Peu de textes, mais ils sont ciselés finement. Le titre fait référence au temps, non pas celui qui s'écoule ou qu'il faut pour aboutir à une superbe photo, mais celui qu'il fait. Les conditions météorologiques et de lumière sont essentielles dans l'art de saisir une ambiance. Les ailes du livre, ce sont ses pages qui se parlent: le livre doit se regarder grand ouvert, les photos de gauche et de droite créent une ambiance, une émotion. « Les deux photos se renvoient avec une grande homogénéité au point qu'on ne sait plus dire qui est l'auteur des photos, une grande symbolique aussi, détaille Philippe Moës. Il y a une gradation des couleurs aussi.» La photo paysagère, animalière demande de la patience. « Et surtout de la persévérance, précise Philippe Moës.L'hiver, c'est parfois très dur de rester 10 h dans le froid.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...