Saint-Pierre finit à 8, Nassogne à 9

Saint-Pierre 0

Saint-Pierre finit à 8, Nassogne à 9
13214394 ©© EdA

Bercheux 5 Un score de forfait et un match que les Pierrots ne sont pas près d'oublier. «L'arbitre, M. Teixeira Ribeiro, a pourri la rencontre, enrage Alain Scius, le délégué des Orangés. Quel manque de psychologie! Je parlerai même de malhonnêteté.» Deux penalties pour Bercheux et trois cartes rouges (Ferjani, Frippiat et Doucet) pour des Pierrots réduits à neuf après vingt minutes, puis à huit dès la reprise, voilà les raisons du courroux des joueurs et dirigeants locaux. «Ferjani, notre gardien, a été exclu après seulement 20 minutes de jeu, pour une sortie jugée trop brutale, raconte le délégué de Saint-Pierre. Il n'a même pas touché l'attaquant de Bercheux! Dépité, il est rentré en larmes au vestiaire. Bref, je ne remets pas en cause la suprématie de Bercheux, qui n'avait pas besoin d'une aide extérieure pour nous battre, mais n'empêche que je garde en travers de la gorge les décisions de l'officiel.» Lambert, lui, a profité de la situation pour soigner ses statistiques personnelles, en inscrivant quatre des cinq buts des siens, dont deux sur penalty. Fertons, lui, a pris la dernière rose du bouquet à son compte.

Vaux-sur-Sûre 1

Nassogne 1 Saint-Pierre a bu le calice jusqu'à la lie en terminant à huit. Nassogne, lui, a joué pendant près d'une demi-heure à neuf, ce qui ne l'a pas empêché de ramener un point de son déplacement à Vaux-sur-Sûre. Réduits à dix peu avant la pause, Volvert écopant de son deuxième bristol jaune de l'après-midi, les Verts ont perdu Dabe à l'heure de jeu, pour un tacle trop rugueux. Les Etoilés n'ont pas manqué de profiter de cette supériorité numérique. Pour preuve, peu après l'exclusion de Dabe, Notet trouvait le crâne de J.-B. Bernes (1-0). L'escouade de Stéphane Gillard pensait alors avoir fait le plus difficile. C'était sans compter sur le courage et le jusqu'au-boutisme de Nassognards, qui ont été justement récompensés de leurs efforts quand, à dix minutes du terme, Hautot a mis victorieusement un terme à un cafouillage dans l'arrière-garde locale (1-1). «Les neuf courageux Nassognards valaient bien les onze Etoilés, glisse Thierry Lefèvre, le T2 de Vaux-sur-Sûre. On n'a pas vu de différence entre les deux équipes. Nassogne mérite amplement son point.»

Mageret 3

Ochamps 4 Les Canaris ont tremblé jusqu'au bout, hier après-midi, mais ils ont repris leur marche en avant, une semaine après le couac face à Orgeo. Alors que le marquoir n'affichait que 0-1 à la pause, la situation s'est décantée à l'heure de jeu. Six buts ont été inscrits en l'espace de vingt minutes.

Kaiser a d'abord remis les deux équipes sur un pied d'égalité, avant qu'Ochamps ne s'échappe à 1-4 en l'espace de cinq minutes. Pensant être à l'abri, le leader a bien failli subir la même mésaventure qu'Arsenal samedi après-midi. Si les Londoniens, qui ont mené 0-4 avant d'être rattrapé par Newcastle, ont dû se contenter d'une unité, les hommes de Didier Gourmet, ont, pour leur part, réussi à préserver les trois unités de toute justesse, alors que Lhote avait remis tout Mageret en selle en ramenant à 3-4. «Et sans un arbitrage tendancieux de M. Lapraille, nous aurions pu décrocher le partage, estime Gaby Martin, le président mageretois. L'officiel a orienté la partie. Il a validé un but d'Ochamps, malgré un hors-jeu manifeste, et il a surtout raboté la durée de la seconde période, puisque mon chrono ne renseignait que 43 minutes de jeu lorsqu'il a mis fin au débat.» Les quatre buts d'Ochamps sont l'oeuvre d'Arnould, Volvert (2) et Jacquemin, sur penalty.

Compogne 3

Paliseul 0 Victoire au petit trot pour Compogne, privé de Lapraille, Martin et Cornet, qui n'a éprouvé aucune difficulté à écarter des Paliseulois qui restaient pourtant sur cinq partages de rang et sept rencontres sans défaite. Mis sur orbite par Demuynck et Englebert au premier acte (2-0), les joueurs de Pascal Leboutte ont géré leur avantage sans trembler après la pause, mais aussi sans régaler leur public, manquant énormément d'occasions. En fin de partie, Detaille corsera l'addition dans l'indifférence générale sur un penalty provoqué par Moinet. À noter le retour, dans les rangs de Compogne, d'Alex Servatius. L'ancien joueur de Sainte-Ode, qui n'avait plus joué depuis le 19 septembre, a disputé les dix dernières minutes.

Orgeo 0

Neuvillers 0 Sixième match sans défaite pour Orgeo, qui n'a toutefois pas livré sa plus belle partition face à Neuvillers.

Les Rouge et Blanc auraient pu l'emporter s'ils avaient fait montre d'un brin d'adresse devant la cage de Renson. Demandez donc à Goosse, qui a expédié le cuir dans les nuages sur un penalty provoqué par Lodriguez, en fin de première période. Ou encore à Pochet, qui a galvaudé une occasion 24 carats à la reprise, en ouvrant un peu trop son pied. Le joueur-entraîneur d'Orgeo, Jean-Pierre Kraus invoquera pour sa part la malchance, après avoir vu son essai lointain repoussé par le cadre à l'heure de jeu. Les néo-promus, quant à eux, ont bien cru empocher la totalité de la mise en toute fin de partie. Sans un retour in extremis d'Englebert, Claude aurait envoyé les siens au nirvana. En attendant, Neuvillers n'a plus gagné depuis le 1er septembre, date de son seul succès de la saison jusqu'ici.

Jehonville 1

Grandvoir 3 Grandvoir renoue avec le succès après onze sorties sans victoire. Les principaux artisans du succès des Cerfs à Jehonville ont pour nom Hotton, Jacob et Godart. Le premier s'est chargé d'ouvrir la marque en début de partie et de servir le caviar à Godart après la pause, tandis que le second a brillamment écarté toutes les tentatives de la première ligne visitée, dans laquelle figurait N. Arnould, de retour de blessure après trois mois sur la touche. Le troisième larron, lui, s'est chargé de rendre l'avance à ses couleurs, puis de les mettre à l'abri en seconde période, alors qu'A. Warlomont avait rétabli la parité entre-temps.

Libin 3

Sibret 2 Libin s'est fait une spécialité d'abandonner des points dans les dernières minutes, cette saison. Et hier, soyez sûrs qu'Éric Picart s'est encore arraché quelques cheveux, lorsqu'il a vu Sibret recoller à deux partout à la 88', alors que les siens s'étaient octroyé un avantage de deux buts grâce à Cavelier et F. Marchal, lequel avait une nouvelle fois enfilé son costume de soliste pour s'offrir une petite balade dans la défense des Verts. Finalement, les Libinois ne devront leur salut qu'à leur buteur maison, Ostojic. Bien lancé par Picart junior, l'avant des Bleus faisait admirer la précision de sa patte gauche et crucifiait Hartman dans les arrêts de jeu, pour offrir trois points à ses couleurs. Les deux réalisations des visiteurs, elles, sont à mettre à l'actif de Clarenne et Koeune.

Tellin 2

Sainte-Ode 1 Fin de disette pour les Tellinois, qui n'avaient plus entonné le moindre chant de victoire depuis le 26 septembre dernier. En l'emportant hier après-midi, les Rouge et Noir ont plongé un peu plus dans le doute une équipe de Sainte-Ode qui, pour sa part, court derrière le succès depuis le 16 octobre. Tout avait pourtant bien commencé pour le bataillon de Didier Genon, puisqu'Ansias trouvait l'ouverture en première période grâce à une passe parfaitement calibrée de Lanners, lequel avait exceptionnellement laissé ses gants à Liégeois pour prendre place en front de bandière. Mais Sainte-Ode a laissé filer son butin après l'entracte. La faute notamment à un Georges des grands jours. Quelques minutes après avoir rétabli la parité, le capitaine tellinois délivrait l'offrande à Saïdi, qui faisait parler la précision de son coup de tête pour envoyer les siens au septième ciel (2-1). Georges se permettra encore le luxe de rater un penalty en fin de partie, Liégeois se détendant avec beaucoup d'à-propos pour empêcher les Tellinois d'alourdir la note.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...