CAE : ça balance pas mal à Bande

De l'atelier familial au bâtiment de 1500 m 2 , l'entreprise tennevilloise spécialisée dans le pesage médical investit et déménage à Bande.

Leslie BOSENDORF

Depuis la mi-août 2010, l'entreprise CAE (Close Automation Electrom ecanique), créée à Trèsfontaines (Tenneville) par Émile Close, a pris ses quartiers à Bande (Nassogne), dans les anciens bâtiments de Collard Belgium. Une évolution de taille pour cette entreprise familiale mise sur pied en 1994. «Nous passons d'un petit bâtiment à une surface de 1500 m2», souligne Olivier, l'un des fils Close. Un fameux investissement, notamment dans des machines à la pointe de la technologie.

Un sacré défi, aussi. Aujourd'hui, CAE emploie neuf personnes. Tous les produits de l'entreprise sont fabriqués à Bande, de l'étude et la conception jusqu'à la réalisation du produit fini.

La spécialité de CAE est le pesage médical. En seize ans d'existence, l'entreprise a réussi à se faire une place sur le marché et équipe les hôpitaux de plusieurs pays d'Europe.

«Notre produit phare est un pèse-personne de précision qui permet la pesée en position assise ou debout, explique Olivier Close. Il offre différents avantages en fonction du type de patient. Il s'adapte notamment aux maisons de repos et à tous les services d'un hôpital, parce qu'il est multifonctionnel.» Le petit nom du pèse-personne : «Arnold», clin d'oeil à Schwarzie, symbole de robustesse.

Arnold et Homer

CAE s'est aussi spécialisé dans la création de plates-formes de pesée, d'une gamme de balances debout, de balances pour bébés et enfants, ainsi que de toute une gamme dérivée de la chaise «Arnold» : les chaises «Homer».

L'entreprise répond aussi ponctuellement à des demandes pour le milieu agricole ou industriel. Elle est en outre accréditée depuis peu par BELAC et agréée par le SPF Économie en tant qu'organisme privé pour la vérification périodique de tous types de balances comme l'exige la réglementation européenne.

«Nous exportons 65 % de nos produits en France, en Suisse, aux Pays-Bas, en Norvège, en Suède et en Allemagne. Dans le milieu, la concurrence est rude, souligne Olivier Close. Le marché asiatique se présente avec des prix cassés. Notre force, c'est notre réactivité. Il faut rester à l'écoute. Nous essayons de sortir de l'ordinaire parce que, évidemment, les coûts augmentent. On essaye de jouer sur d'autres aspects, comme l'ergonomie des machines, pour éviter que le personnel soignant ne doive se baisser. On joue aussi sur la facilité de déplacement de nos pèse-personnes.» Les balances sont amenées à évoluer. Elles sont par exemple aujourd'hui équipées d'une connexion informatique ou d'une toise électronique. La petite dernière : une balance pèse-lange, en réponse à une demande bien spécifique du milieu pédiatrique.

«On ne peut pas comparer la balance de monsieur-tout-le-monde avec une balance à usage intensif, comme celles que nous produisons. Tous nos produits sont des modèles déposés et agréés par le service de métrologie.» Le défi dans un avenir proche? «Terminer d'aménager le bâtiment, explique Olivier Close, et mettre en place un logiciel de gestion d'entreprise.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...