« Pas plus facile qu'en série E »

Harre a fait ses premiers pas en série D, et perdu ses premiers points à Forrières qui a agréablement surpris les observateurs.

Benoît Gueuning

Débarqué de série E, Harre a eu droit à un pre mier aperçu du championnat qui l'attend à Forrières. En terre rouge et noire, les hommes du président René Jacobs ont partagé l'enjeu.

« Nous n'avons pas mal joué, mais nous aurions pu mieux faire, analyse l'homme fort des Jaune et Noir. La route sera longue dans cette nouvelle série. Nous avons dominé aux points, mais Forrières aurait pu nous faire mal sur quelques contres à la fin. À Harre, quelques joueurs étaient aussi en dessous de leur rendement habituel, et nous avons parfois été trop collectifs. Force est aussi de reconnaître que Forrières dispose d'une belle équipe. »

Godfroid toujours blessé

René Jacobs déplore également l'absence d'un élément de choix entre les lignes à Harre, Raphaël Godfroid.

« Raphaël s'est blessé à un tournoi de sixte, il sera encore indisponible quelques semaines », précise le président harkais.

Le président s'exprime aussi sur le changement de série : « Nous n'aurons pas plus facile en D qu'en E, clame René Jacobs. Nous en avons déjà eu la preuve à Forrières. On va sans doute se faire accrocher comme c'était le cas la saison passée. Il va falloir jouer notre football sans trop nous tracasser de celui de notre adversaire, pour éviter de tomber dans le piège de ce dernier. À commencer face à Bourdon ce dimanche. On doit développer notre football sans verser dans la complication. » René Jacobs se penche également sur les équipes qui devraient selon lui se montrer les plus coriaces.

« Qu'il s'agisse de Bourdon, Hargimont, Houmart, Amonines ou Forrières, nous serons cinq ou six à jouer le Top 4 », assure-t-il.

« Une période

pour chaque équipe » On avait annoncé un Forrières au visage beaucoup plus réjouissant que ces dernières années, on en a donc déjà eu une première illustration face à Harre. Les hommes de Philippe Lejeune, parmi lesquels Fehmi Karali, l'ancien président du club, n'ont jamais été ridicules.

« Le résultat est logique, avance Fehmi Karali. Chaque équipe a eu sa mi-temps, Harre la première, et nous la seconde. Et chaque équipe a aussi eu sa part de ratés.

» En ce qui me concerne, je me suis retrouvé seul face au portier d'Harre à cinq minutes de la fin, mais j'ai perdu mon duel. »

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.