Le bonheur est dans le Pré Werson

Avec neuf finales dans sa musette, Marche a marqué de son empreinte le tournoi de Nassogne. Un tournoi marqué aussi par la pelle de l'année.

Christophe GAUDRON
Le bonheur est dans le Pré Werson
11924068 ©© EdA

À quelques semaines de la fin de la saison, les statistiques s'affinent de plus en plus, et force est de constater que bon nombre de clubs enregistrent une baisse de fréquentation. Même les Cadillac du circuit ne sont pas épargnées. Et même Nassogne, habitué à drainer du peuple, n'a pu empêcher une légère érosion de ses tableaux, surtout en Messieurs II et III.

Par contre, les catégories dames se sont portées comme un charme, notamment en dames II où sept inscrites se sont crêpé le chignon. « Nous avons eu une diminution de 3 % par rapport à l'an passé, précise Stéphane Delbrouck, juge-arbitre de la compétition. C'est une tendance générale cette année, il faut l'accepter. Cette situation devrait changer lorsque nous disposerons de l'éclairage sur les trois French Court l'an prochain. C'est un dossier de 100 000 euros, dont 75 % sont subventionnés par la Région wallonne . »

Un investissement qui fera que le club aura des night sessions, comme à Marche ou à Houffalize. A priori du travail en plus pour les organisateurs, mais aussi des pépettes en plus pour la cafétéria. Qui s'en plaindra ?

Père et fille

Au niveau des résultats, impossible de passer sous silence le raz-de-marée des Marchois, qui se sont imposés dans pas moins de neuf finales. Le premier du contingent à se mettre en évidence a été Gérald Du Pré Werson.

Tête de série numéro une dans les deux tableaux dans lesquels il était engagé, le Famennois a pleinement assumé son statut de favori.

Chez les B-15 tout d'abord, il s'est défait en deux sets du surprenant Arnaud Bodart, C15 ayant déjà les points pour être B0 l'an prochain, si l'on en croit le nouveau logiciel développé par l'AFT. En juniors vétérans ensuite, Gérald s'est défait assez sèchement de Samuel Deflandre, du club local.

Ce dernier boira le calice jusqu'à la lie, puisqu'il s'inclinera 7/6 dans le décider en finale des messieurs II face au sympathique Benjamin Georgin du TC Marche. Déçu Samuel ? Même pas. Sa fille Eloïse lui redonnera le sourire en décrochant avec panache le titre en dames V et en doubles mixtes, confortant par là même sa deuxième place au critérium régional.

Malléole fracturée

En dames IV, la Marchoise Katia Jacquemart a soigné ses stats en même temps que sa première place au Critérium.

Avec plus de trois cents points d'avance, le sacre semble, cette fois, lui tendre les bras, elle qui avait échoué à la deuxième place l'an dernier en dames V.

Côté guigne, on notera la terrible chute de Christelle Dailly en finale des dames III.

Transportée par son partenaire de double mixte à l'hôpital de Marche, la joueuse de Jemelle sera opérée en urgence pour une fracture de la malléole. La pauvre avait beaucoup de mal à cacher sa douleur au moment des faits.

Loi des séries oblige, un autre abandon a été aussi enregistrée en finale des dames 30, où Stéphanie Almeida Da Silva, de Nassogne, s'est fait un claquage.

La semaine prochaine, résultats et commentaires des tournois de Saint-Léger et de Marche avec ses deux tableaux étoilés.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.