Le point sur la distribution d’eau

Après les perturbations de distribution d’eau, l’échevin Guebels tient à anéantir les fake news et rassurer la population.

Jean-paul Dauvent
Le point sur la distribution d’eau
©EdA

En fin de séance, Daniel Guebels est revenu sur les fuites qui ont impacté le service de distribution d'eau durant le week-end du 23 février dans les villages de Musson et Baranzy. «Il faut corriger de fausses informations propagées par les réseaux sociaux», dit l'échevin. Et de s'étendre sur les différents travaux effectués pour remplacer régulièrement les conduites anciennes lors des aménagements de voirie, la réalisation, en 2015, d'un nouveau puits à une profondeur de 100 m à Baranzy pour atteindre une nappe plus importante moins chargée en fer, manganèse et calcaire et puis la construction d'un nouveau château d'eau dont le raccordement est programmé pour cette prochaine semaine. Avec un réservoir de 600 m3 au lieu des 120 m3 actuels, une pompe permettant l'extraction de 40 m3/heure au lieu de 30 m3, maintenant les problèmes récurrents devraient être résolus, d'autant plus que ce circuit de distribution sera également raccordé, dans le cadre du projet «Musgorep» (Musson Gorcy, eau potable) soutenu par Interreg, à celui de Gorcy (F) et qu'un système de télésurveillance détectera immédiatement toute consommation anormale. Il a aussi rappelé que le prix facturé aux citoyens (1,82€/m3 ) est l'un des moins élevé de Wallonie. La SWDE est à 2,62€/m3 et d'autres communes aux environs de 2€. Geoffrey Schadeck sourit: «Avoir un prix bas, c'est bien, avoir de l'eau, c'est mieux!» La bourgmestre Sylvie Guillaume a complété l'information en revenant sur les difficultés à obtenir de l'eau potable auprès des services de la protection civile, mais au-delà de toutes les remarques insidieuses, elle a tenu à remercier tous les intervenants qui ont permis de réduire les conséquences de cette importante fuite à Baranzy: une conduite bouchonnée lors de la construction du parc à conteneurs, en 2003, qui n'a pas résisté, difficilement localisée parce que l'eau ne jaillissait pas du sol.