Condamnés, les chocos?

Au cours de la soirée, une réflexion a également été lancée sur les produits vendus: des barres chocolatées, grasses et sucrées provenant de multinationales avec emballages et suremballages qui n’entrent plus dans les nouvelles habitudes alimentaires.

J.D.
Condamnés, les chocos?
©ÉdA

Les acheteurs sont conscients qu’il s’agit d’un geste en faveur de La Petite Plante mais certaines voix s’élèvent et le conseil d’administration va réfléchir à la vente d’autres produits, d’autant que la marge s’érode face à un prix de vente stable alors que celui de l’achat grimpe. En outre, le fournisseur n’accepte plus le retour d’invendus. «Il nous reste encore quelques caisses que l’on espère vendre, à bon prix, pour Saint-Nicolas ou les fêtes de fin d’année», commente le trésorier Daniel Lisoir.