Accident mortel impliquant la bourgmestre de Somme-Leuze: une expertise ordonnée en appel

La bourgmestre de Somme-Leuze, Valérie Lecomte, est poursuivie devant le tribunal correctionnel pour avoir percuté en voiture une piétonne octogénaire à Marche. Une nouvelle date d’audience a été fixée en février 2023.

Sébastien Étienne
 L’accident mortel, pour lequel Valérie Lecomte est poursuivie, est survenu sur le boulevard urbain à Marche.
L’accident mortel, pour lequel Valérie Lecomte est poursuivie, est survenu sur le boulevard urbain à Marche. ©ÉdA – Florent Marot 

Près de deux ans jour pour jour après l’accident lors duquel une piétonne octogénaire, Monique Doppagne (84 ans) avait été mortellement percutée par une voiture, le tribunal correctionnel de Marche a rendu ce mercredi un jugement ordonnant une expertise afin de donner un éclairage sur les circonstances du drame.

Cet accident, outre son caractère dramatique, avait aussi retenu l’attention car la conductrice était la bourgmestre de Somme-Leuze, Valérie Lecomte. La victime avait été fauchée, le 16 juillet 2020, en début de matinée, sur le boulevard urbain à Marche-en-Famenne, à hauteur du home Libert où elle résidait.

Si elle a reconnu avoir percuté la piétonne, Valérie Lecomte a toujours réfuté toute responsabilité dans cet accident mortel.

Selon ses explications, l’octogénaire, se déplaçant avec un déambulateur, a traversé la route en dehors d’un passage pour piétons et le choc a eu lieu au moment où elle l’apercevait.

Jugée une première fois par le tribunal de police

Le dossier, visant notamment un accident de circulation mortel par défaut de prévoyance ou de précaution, a déjà été jugé une première fois par le tribunal de police de Marche.

Un jugement rendu en octobre dernier estimait que la responsabilité de la bourgmestre était entière alors qu’elle-même avait demandé son acquittement.

Une peine de quatre mois de prison dont un mois ferme avait été prononcée à son égard. Le tribunal de police, à l’examen du dossier, avait retenu que la victime traversait bien sur un passage pour piétons.

Mais cette décision avait fait l’objet d’un appel, tant du parquet que de la prévenue.

Le ministère public avait pointé le caractère juridique du jugement qui n’ordonnait pas de devoir repasser divers examens liés au droit de conduire; tandis que Valérie Lecomte souhaitait à nouveau demander son acquittement.

Le dossier a dès lors abouti devant le tribunal correctionnel de Marche, compétent pour juger les appels du tribunal de police.

Le tribunal correctionnel constate dans son jugement, à son tour, que les parties divergent quant à la présence de la victime sur un passage pour piétons.

L’avocat de Valérie Lecomte, Me Alexandre Wilmotte, déplorant notamment le fait qu’aucun expert automobile n’ait été dépêché pour descendre sur les lieux de l’accident. Le parquet, estimant que la prévenue doit endosser les responsabilités de l’accident, réclame à ce stade 3 mois de prison.

L’expert qui est désormais désigné devra prendre connaissance du dossier dans lequel figurent aussi des témoignages.

L’affaire reviendra le 9 février 2023 devant le tribunal correctionnel afin de vérifier l’état du dossier après l’expertise. Un calendrier pour la suite de la procédure sera alors établi.