Les dégâts dans le nord sont inestimables

Dans le nord de la province, les situations les plus critiques étaient à On, Hargimont et dans le Vieux Bomal. Les bourgmestres ont fait le bilan vendredi après-midi.

J.B.
Les dégâts  dans le nord  sont inestimables
Les rues du Vieux Bomal, en contrebas du château, sont totalement ravagées. ©EDA Claudy Petit

1. Durbuy Dans la commune de Durbuy, l'Aisne avait commencé à réintégrer son lit jeudi en fin d'après-midi. L'Ourthe quant à elle a entamé sa décrue vendredi dans la matinée. «En ce qui concerne les dégâts, c'est le Vieux Bomal qui a subi le plus lourd tribut (voir le témoignage page 17), indique Philippe Bontemps vendredi sur le coup de 15 h. C'est la désolation. Les dégâts y sont inestimables. À Durbuy, l'Ourthe a entamé sa décrue et les pompes sont entrées en action. C'est évidemment une catastrophe pour le secteur touristique (voir la page 6 de ce journal). À Barvaux, l'eau a envahi l'ancienne maison communale, la bibliothèque, le Syndicat d'initiative et la salle Mathieu de Geer et le quartier de Petit-Barvaux. Le Service des voies navigables du SPW est venu estimer les dégâts. Des dégâts certes considérables et encore inchiffrables pour le moment, mais en rien comparable avec ceux enregistrés par certaines communes de la province de Liège.»