Il n’avait plus sa tête ? C’est quand même un vol

Il est parti en courant après avoir rendu les parfums. Vol, dit la juge. Son passé plaidait contre lui.

Éric Lekane

Ce ne sont que trois bouteilles de parfums, pour 42€, dans une supérette à petits prix. Mais le client, lui, sort de l’ordinaire. À 45 ans, il a déjà écopé de huit ans et trois ans de prison. Fils d’un proxénète pur et dur (dixit son avocat) et proxénète lui-même, il a trempé dans de gros dossiers d’organisation criminelle, de faillite frauduleuse de bar. Et aujourd’hui, il est marié mais le couple vit sur la mutuelle et se dit la cible, depuis trois ans, de menaces de mort de la part de l’ex de madame, qui était interné au moment du vol.