«Ça m’irrite, mais ça fait partie du foot»

«J’en ai marre qu’on taille toujours Libramont, qui a l’air de compter pour peu de monde.» Claudy Marcolongo, 37 ans, s’est fendu d’un petit coup de gueule après la victoire de son équipe à Ethe dimanche.

D.J.

A-t-il le sentiment que son équipe n’est pas appréciée à sa juste valeur? «J’ai été joueur, répond-il. Et comme chaque joueur, quand je lisais le journal le lundi matin, j’appréciais que mes mérites soient reconnus. Ici, c’est un peu pareil, je trouve que mes joueurs méritent mieux. Après Ethe, Logan Reichling a déclaré que Libramont ne l’avait pas impressionné. Je peux comprendre son point de vue, c’est un gars qui voit clair et il s’attendait peut-être à être dominé davantage. Et c’est vrai qu’on n’a peut-être pas développé un grand football, mais on a trois face-à-face avec Leyder et une grosse occasion. Ethe fait trois poteaux, mais sur les trois, il y en a un qui résulte d’un centre manqué et l’autre d’un coup franc dévié. Certes, on fait le gros dos en fin de match, mais on termine à dix. Et je crois aussi qu’on reste souvent sur la dernière impression. Sart, contre nous, n’a qu’une vraie occasion, à deux minutes du terme, et on a l’impression que les Spirous pouvaient revendiquer quelque chose, mais on oublie qu’en 1re période, ils ont à peine franchi la ligne médiane. Au bout du compte, tout cela m’irrite un peu. Mais bon, ça fait partie du foot.»