Une école de la deuxième chance à perpétuer

Le projet européen de l’école transfrontalière de la 2e chance est arrivé à son terme et ses différents acteurs sont pour la pérennité.

René DANLOY
Une école de la deuxième chance à perpétuer
002.JPG ©ÉdA

L'Union européenne mais aussi la Province de Luxembourg, la Région de la Lorraine, la Wallonie, et donc la Grande Région se sont beaucoup impliquées pour apporter leur soutien à ce projet Interreg E2C, pour école de la 2e chance. Et plusieurs acteurs se sont retrouvés sur la scène: le Forem, Mirelux, le Groupe CCI formation 54, l'E2C de Lorraine. Tous motivés comme on a pu s'en rendre compte lors du colloque de ce mardi. Et notamment le gouverneur Bernard Caprasse qui ne souhaite qu'une seule chose: c'est que le projet se poursuive à l'échelle transfrontalière en impliquant si possible les voisins grand-ducaux. Car, ainsi qu'il l'a résumé: «Pas de diplôme égale pas de travail, égale pas d'insertion socioprofessionnelle. Donc égale coût important pour la société.»