Des chauves-souris plus frêles!

L’éclairage public nuit aux chauves-souris. «Elles peuvent déserter un territoire de chasse car leur milieu est perturbé», explique Claire Brabant, spécialiste des chauves-souris chez Natagora.

Des chauves-souris plus frêles!
Claire Brabant, spécialiste des chauves-souris chez Natagora. ©ÉdA

Ces mammifères vivent souvent en colonie dans les églises. «Quand l’église est éclairée, on a remarqué que les jeunes des colonies sont plus petits, plus frêles. Ils ne se développent pas autant que dans les églises qui ne sont pas éclairées la nuit», précise Claire Brabant. Certaines espèces, au contraire, se sont adaptées à la pollution lumineuse. Elles vont chasser sous les lumières où s’agglutinent les insectes la nuit. «Des espèces prennent alors l’avantage sur d’autres. Ce n’est pas bon non plus pour la biodiversité. Avec le risque de vider la population d’insectes qui se trouve anormalement attirée par cette lumière», dit Claire Brabant. Quand ils ne se font pas manger par les chauves-souris, ces insectes s’épuisent à tourner autour des lampes. Du temps et de l’énergie qu’ils n’utilisent pas pour chasser, se nourrir et se reproduire.