«On a chanté et fermé la buvette à 22 h»

De retour, une semaine après la débâcle à Mormont, Yoan Devillet a confirmé qu’il était déjà un pion incontournable dans la défense gouvionne.

M.P.
«On a chanté et fermé la buvette à 22 h»
Après deux saisons à Saint-Hubert, Yoan Devillet a vite trouvé ses marques dans l’arrière-garde de Gouvy.

Une cinquième défaite en six journées, un petit point au compteur, une lanterne rouge bien accrochée sur le dos et la pire défense de la série… De bonnes raisons de déprimer, mais rassurez-vous, ces Gouvions-là ne sont pas près de tomber en dépression. Comme face à Rochefort, la défaite face à Sprimont n'en est pas vraiment une aux yeux des Orangés. «On a fermé la buvette à 22 h dimanche soir après avoir pas mal chanté, la preuve que tout ne va pas si mal qu'on ne pourrait le croire en regardant le classement, sourit Yoan Deville. C'est une nouvelle défaite, certes, mais elle est encourageante. On a tenu tête à une équipe dont le budget est deux à trois fois supérieur au nôtre. Et encore, je suis gentil, c'est sans doute plus.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...