Une histoire de bancs d'école oubliés qui urgent

Il faut des bancs pour les écoles. Mais rien ne figure au budget. Le conseil a débattu de ce problème ce mercredi. Et opté pour l’achat.

Jean-Michel Bodelet
Une histoire de bancs d'école oubliés qui urgent
En introduction au conseil, Cindy Piron, agent constatateur s’est présentée. Elle travaillera sur Gouvy, Bertogne, Houffalize et Tenneville. ©ÉdA

Guy Schmitz, échevin de l'Enseignement a de quoi être satisfait. Il l'annonce: l'enseignement communal se porte bien. Tellement bien que pour faire face à la prochaine rentrée, il est impératif d'acheter des nouveaux bancs pour les implantations de Cherain et Bovigny. De la gestion courante en somme. Si ce n'est qu'un problème s'est fait jour: «La direction, et elle s'en excuse, nous a informés de cette nécessité d'acheter des bancs après nos modifications budgétaires. Rien n'a donc été prévu. Des solutions ont été cherchées, notamment celle de déplacer les bancs, mais c'est ingérable», explique l'échevin. Les avis de la receveuse et de la directrice générale sont négatifs. «Elles ne peuvent pas remettre un autre type d'avis», glisse l'échevin. La conseillère Véronique Léonard (min.) se demande quels sont les risques. S'en suit un débat technique sur les possibilités de procéder à l'achat et surtout au payement.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...