Dur, dur, le métier de routier sur routes abîmées

Après les deux derniers hivers rigoureux, l'état de nos routes s'est nettement dégradé. Illustration dans la commune de Gouvy.

Marie-France BOCK
Dur, dur, le métier de routier sur routes abîmées
10358671 ©© EdA

Après deux hivers assez rudes coup sur coup, nos routes sont en mauvaise santé : nids-de-poule à répétition, affaissements, crevasses et on en passe : la situation se fait chaque jour plus préoccupante sur le plan de la sécurité des usagers. Certes, des travaux ont déjà été finalisés, mais il reste du pain sur la planche.

C'est pourquoi nous avons décidé de suivre un chauffeur routier dans sa tournée quotidienne.

Histoire de se rendre compte de l'ampleur du malaise, notamment pour les professionnels, dont le macadam est le terrain de travail.

« À force, c'est sûr, j e connais toutes les routes de la commune, raconte Pascal Dewalque, chauffeur de camion à Bovigny (Gouvy). D'ailleurs, à force de pratiquer, j'ai des douleurs dans le dos. Lorsqu'on roule en camion, les sensations sont différentes que dans une voiture. On sent beaucoup plus les chocs ».

Et en effet, être ballotté au gré des trous ou des bosses n'est guère agréable !

Contourner les grands axes

Mais que se passe-t-il en hiver ? Là, on s'en doute, c'est encore une autre paire de manches. « En général, on aménage notre itinéraire en fonction des routes que l'on sait mauvaises, explique encore notre chauffeur. Parce que même si les routes sont dégagées, il faut faire attention. Par exemple, les lames des déneigeurs ne savent pas enlever la neige des ornières et le camion risque de glisser. C'est un peu ce qui se passe lorsque deux camions se croisent entre Cherain et Sommerain par exemple.

On doit rouler au pas, et il y a toujours le risque de se faire attirer dans l'accotement. S'il y a un contrebas, le camion peut basculer ».

Les photos que nous publions dans ces pages ne sont qu'un aperçu de l'état des routes les plus empruntées par Pascal Dewalque.

À chaque fois, nous avons joint le commentaire que le chauffeur nous livrait en direct, afin de vous donner une idée de ce que les routiers locaux subissent au quotidien.

Des problèmes qui, bien entendu, ne sont pas le propre de Gouvy, commune rurale comme tant d'autres, dont les voiries sont aussi sillonnées par les tracteurs et autres machines agricoles pour lesquelles la route n'est pas de tout repos.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...