Le financement des écoles divise

Des lectures différentes de la proposition de refinancement des réseaux et bâtiments scolaires du ministre Daerden se traduisent en motions.

Olivier LEQUY

Les 300 millions octroyés par l’Europe pour les bâtiments scolaires de l’enseignement obligatoire dans le cadre de la transition écologique et surtout la proposition de répartition qu’en a fait le ministre Frédéric Daerden secouent les conseils communaux les uns après les autres. À Florenville comme à Habay, deux interprétations s’opposent quant à une motion pour interpeller le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pour rappel et pour comprendre où le bât blesse: le ministre Daerden prévoit 58,5% des 300 millions pour le réseau scolaire de la FWB et 41,5% pour tous les autres réseaux: communal, provincial et libre. Or les élèves se répartissent à raison de 15 % en FWB, 35 % dans le réseau subventionné (provincial et communal) et 50 % dans le libre.