Erezée: après un accroc avec un cavalier, un automobiliste le frappe avec un club de golf

L’automobiliste dit s’être défendu. Mais tant le parquet que les parties civiles balayent cette explication.

S.É.
 Le club de golf est considéré comme une arme dans ce dossier vu son usage.
Le club de golf est considéré comme une arme dans ce dossier vu son usage. ©ÉdA – 60213604360 

L’histoire aurait pu ne pas finir au tribunal si le malentendu s’était réglé à l’amiable. Un jour de septembre 2019, un groupe de cavaliers se promenait du côté d’Erezée. C’est alors qu’un automobiliste est passé à leur hauteur, visiblement à une vitesse élevée. L’un des cavaliers a heurté la voiture avec son pied.