Erezée: à l'EssenSel, les écus naissent dans les "shoux"

À Érezée, le Service d’échange local (SEL) repart de plus belle et relance la machine à shoux. Une monnaie d’échange qui n’a pas qu’un rôle économique.

Valérie RENARD
Erezée: à l'EssenSel, les écus naissent dans les "shoux"
Le COCO aux commandes: Laurie Scius, Valérie Neuville, Sabine Kattus et Luc Vanwelckenhuizen. ©- ÉdA

On pourrait les comparer aux quatre mousquetaires et leur devise aurait pu être «Un shou pour tous, tous pour un shou». Ils? Ce sont les membres actifs du COCO, entendez par là le COmité de COordination du SEL (Service d'Échange Local). Une initiative lancée, il y a un an, dans le cadre d'un Programme communal de développement rural (PCDR) et qui, après quelques mois d'hibernation obligée, a décidé de relancer de plus belle son projet d'économie locale et d'échanges de services monnayables en shoux.