«Ces mesures manquent de réalisme»

Le regard de René Collin sur la pratique sportive et les nombreuses restrictions en vigueur en cette période de crise sanitaire: «Mon premier sentiment, c’est que nos courageux bénévoles ne sont pas assez soutenus.

D.J.

Je prends l’exemple du club de football de Jamoigne, dirigé par Loïc Pierrard que je connais bien: on leur a proposé la somme de 28€ après la première vague! Et il n’y a pas que l’aspect financier à améliorer. En matière de perspectives aussi, il faut faire mieux. Certes, il y a eu une amorce de changement après le comité de concertation du 5 mars, avec un encouragement pour la pratique sportive en extérieur, mais c’est encore insuffisant et cela manque de réalisme. Attention, je prône la plus grande prudence en matière de coronavirus, mais je pense qu’il faut bien mesurer qu’en extérieur, les risques se trouvent quand même réduits. Et ne pas oublier qu’il y a d’autres risques à prendre en compte si l’on réduit l’accès au sport, comme l’obésité, la sédentarisation ou la perte de moral. C’est loin d’être une fiction et cela devrait amener à lâcher un peu de lest dans le domaine sportif. Et je n’affirme pas ça parce que je suis dans l’opposition; je crois que j’ai passé l’âge de regarder les dossards politiques avant de poser un jugement.»