Denis et son lieu de mémoire

Denis Fairon est passionné par tout ce qui touche à la Bataille des Ardennes. Au fond de son jardin, il a installé un petit musée retraçant les événements tragiques qu’ont connus les habitants de Sadzot au cours de l’hiver 44. Un musée qu’il ouvre gratuitement aux visiteurs sur rendez-vous.

Christophe PECQUET
Denis et son lieu de mémoire
46FIG ©EdA

À l'heure d'aujourd'hui, le jeune homme de 21 ans a réuni une collection de quelque 200 objets, vestiges des combats ayant eu lieu dans les environs du village de Sadzot. «J'ai bénéficié de beaucoup de donation: 95% des objets présents dans mon musée m'ont été donnés par des habitants de la commune», précise Arnaud Fairon. Cela va du casque en passant par des obus, des rations de survie, des grenades, des gants… Et le jeune homme n'est pas peu fier des quelques pièces maîtresses de sa collection! «J'ai un livret de traduction Anglais/Français que des Gi's ont signé et remis à ma grand-mère. Je possède aussi un petit cahier au sein duquel un prisonnier des camps allemands raconte son quotidien. J'ai aussi un enregistrement vidéo qui a été tourné le lendemain des combats ayant eu lieu à Sadzot», confie Arnaud Fairon. Certains visiteurs n'hésitent pas à venir de très loin. «Il m'est arrivé de recevoir des familles de Gi's ayant participé aux combats de Sadzot. Ils voulaient voir le lieu où leur ancêtre avait combattu», poursuit Arnaud Fairon qui aimerait que son musée puisse continuer à se développer. «J'aimerais trouver un local plus grand pour y abriter l'ensemble de ma collection. En parallèle, j'espère pouvoir rassembler tous les dossiers allemands et américains traitant de la bataille de Sadzot afin de réaliser un travail complet sur le sujet», conclut le jeune passionné.