À chacun sa période

Un nul logique sanctionne cette partie, chaque équipe s’octroyant une période. Si les hommes de Bruno Bregge étaient venus s’imposer assez nettement dans le cadre de la coupe de Belgique, ils sont cette fois tombés sur des Coalisés nettement plus au point physiquement.

Joseph PETRON

Ce qui a contrarié le jeu des Léodégariens comme le confirme Aurélien Douret : « Nous avons toujours du mal contre une équipe plus physique. Nous n’avons pas l’habitude de nous faire secouer. Le foot physique n’entre pas vraiment dans notre philosophie, mais il faudra apprendre à mettre le pied, et de manière intelligente. » La première grosse occasion de la partie est pour Oppagne par l’entremise de Stoffels. Plus précis dans leurs combinaisons, ce sont toutefois les visiteurs qui ont l’emprise sur le match. Cela va se traduire par un but avec la complicité bien involontaire de deux défenseurs coalisés. Oppagne ne va toutefois pas tarder à revenir à hauteur de son adversaire, non sans avoir auparavant vu Quentin Koenig louper la balle de break. En fin de première période, Nicolas manque de peu la conclusion d’un superbe travail de Marthe. La pression locale s’intensifie à la reprise. De Bona et Géna héritent tour à tour de belles occasions de secouer les filets. Tout pouvait basculer d’un côté comme de l’autre en fin de partie. Un essai de Koenig ponctue une chaude alerte dans le camp local. Heureusement pour Coppenolle, le tir est dévié sur la barre. En face, Biatour entre dans la surface, se fait bousculer, mais reste debout et arme un ballon qui file un rien à côté. Ce dernier fait de match prouve que les hommes d’Aurélien Gomez doivent encore progresser en expérience et en maturité.¦