La minorité C + quitte le conseil avant le huis clos à Bastogne : voici la raison

Quatre mandataires ont snobé l’examen du point sur la fusion avec la Commune de Bertogne.

Nadia Lallemant
La minorité C + quitte le conseil avant le huis clos à Bastogne : voici la raison

Le conseil communal de Bastogne, réuni mercredi, a pris acte de la démission de l’échevine Coralie Bonnet, députée provinciale depuis le 10 juin dernier, et procédé à l’installation de son suppléant, Patrick Pierret, en qualité de conseiller communal, et du nouvel échevin Jean-Pol Besseling.

Alors que les mandataires de la minorité Citoyens Positifs avaient approuvé tous les points inscrits à l’ordre du jour en séance publique, y compris l’avenant au pacte de majorité, ils ont quitté la séance avant le huis clos.

La séance à huis clos était consacrée à la fusion volontaire des communes de Bastogne et de Bertogne. Il était demandé aux mandataires de désigner un directeur général coordinateur communal ainsi qu’un directeur financier, lui aussi coordinateur communal.

Les conseillers Michel Staes, Philippe Lepinois, Nicolas Gerardy et Florian Beckerich ont pratiqué la politique de la chaise vide sans donner d’explication en séance. Le chef de groupe de C +, Michel Staes, a précisé, après le conseil, la raison de ce départ.

"Louis Vaguet, conseiller de la minorité à Bertogne, a été auditionné au Parlement wallon, a-t-il rappelé. La commission lui a recommandé, si tel était son souhait, de mettre en œuvre une consultation populaire dans le respect des procédures prévues par le code de la démocratie locale. Une deuxième pétition a été lancée sur le bon formulaire: elle a déjà été signée par 20% de la population."

Miche Staes ajoute: "La recevabilité de cette deuxième pétition ne fait aucun doute puisque le bon formulaire a été utilisé. Il est prématuré de se prononcer sur la fusion tant qu’on ne connaît pas le résultat de la consultation populaire. Nous voulons connaître le souhait des habitants de Bertogne avant de nous prononcer. On ne peut pas ainsi mettre les Bertognards devant le fait accompli."

Jessica Mayon, conseillère indépendante, a, quant à elle, participé au débat à huis clos. " La politique de la chaise vide, ce n’est pas mon style, a-t-elle confié après le conseil. Je suis élue pour siéger et donc pour assumer pleinement la fonction de conseillère communale, pas pour me débiner devant les responsabilités qui incombent à ma fonction."