Cyberattaque chez Vivalia : encore de nombreuses annulations et un numéro gratuit

Vivalia a fait le point concernant l’évolution de la situation après la cyberattaque dont l’institution a été victime.

J.R.
 Illustration picture s. BELGA PHOTO ERIC LALMAND
Illustration picture s. BELGA PHOTO ERIC LALMAND ©BELGA

Vivalia a été victime d’une cyberattaque durant le week-end, provoquant de nombreux embarras.

LIRE AUSSI | " Ces cyberattaques ne vont que s’amplifier "

LIRE AUSSI | Il était prévu de renforcer la cybersécurité

Vivalia a fait le point mardi sur l’évolution de la situation.

"Les travaux continuent au niveau des équipes informatiques. Nos experts, aidés par ceux du CERT (Computer Emergency Response Team fédérale) et d’autres du secteur privé, progressent dans l’analyse et la remise en route d’un réseau. La propagation du virus a été empêchée au maximum, le plan de redémarrage a été finalisé lundi Une vingtaine de personnes effectuent ce travail colossal selon les priorités fonctionnelles établies (laboratoires, radiologie, dossiers médicaux). Bien que ces équipes travaillent sans relâche, la prudence et la sécurité informatique demandent encore du temps et de la patience avant de pouvoir revenir à la normale", indique le communiqué.

La téléphonie perturbée et un numéro gratuit

"Parmi les conséquences de cette cyberattaque, notre téléphonie risque de connaître de grandes perturbations et nos hôpitaux pourraient être plus difficilement joignables dans les prochaines heures et les prochains jours. Bien que l’activité médicale soit fortement ralentie, nous mettrons en place dès aujourd’hui, et jusqu’à nouvel ordre, un call center pour répondre aux questions les plus fréquentes. Le numéro gratuit à former est le: 0800/35.168", note Vivalia.

Des opérateurs répondront aux questions principales, par exemple, sur le maintien ou non des consultations, la possibilité de prendre un rendez-vous, etc. "Nous demandons à la population de n’appeler ce numéro qu’en cas de nécessité afin de ne pas engorger ce service", ajoute l’institution.

Des annulations en pagaille

L’activité médicale dans nos hôpitaux se poursuit en mode dégradé, ce sera le cas tant que la situation n’a pas été rétablie. Ce mode dégradé signifie concrètement:

• Annulation des opérations non-urgentes sauf exception jugée selon des critères de nécessité et d’urgence, en concertation entre médecins, infirmières et le Directeur médical);

• Annulation des consultations via un SMS envoyé individuellement aux personnes ayant un rendez-vous ce jour. Certaines consultations pourraient être maintenues suivant l’appréciation du médecin concerné qui prendra alors contact avec son patient;

• La médecine d’urgences est bien entendu maintenue. Nous insistons sur la nécessité de ne contacter ou se présenter à nos urgences qu’en cas de nécessité. Merci de consulter au préalable votre médecin généraliste ou le 1733 en soirée. En cas d’admission dans nos urgences, merci aussi de vous munir de votre vignette de mutuelle pour faciliter votre identification par nos équipes de soins.

• Radiologie/scintigraphie: tous les examens programmés sont annulés;

• Centres de prélèvements et Centres Covid: l’activité a pu reprendre ce mardi, un système de navettes ayant été mis en place pour les analyses dorénavant effectuées sur le site hospitalier de Godinne (CHU UCL Namur).

Des mises au repos et des congés

« Dans nos services privés d’informatique suite à la cyberattaque, les chefs de service organisent et réorganisent le travail selon les besoins. Les personnes qui ne peuvent être mises en activité vu la situation actuelle sont dorénavant invitées à récupérer leurs heures supplémentaires et ainsi prendre du repos. Nous remercions une fois de plus l’ensemble de nos équipes qui, tous métiers confondus, font preuve de courage et de patience face à cette situation exceptionnelle qui, nous l’espérons, prendra fin dans les meilleurs délais. La prochaine réunion de la cellule de crise est programmée à 8H demain matin pour refaire le point sur la situation, mais elle se tient prête à se réunir d’urgence si nécessaire », ajoute encore Vivalia.