Une nouvelle école de langues

Une fois sa licence en philologie germanique en poche, Véronique Geubel a travaillé dans une ASBL spécialisée en cours de rattrapage, une expérience qui lui a bien plu. Elle a ensuite enseigné dix ans dans le secondaire tout en gardant, dans un coin de sa tête, l'idée d'ouvrir une école de langues.

« C'est le moment de me lancer, tout en continuant l'enseignement, explique Véronique Geubel. À Bastogne, il n'y avait pas beaucoup de possibilités de cours de langues. De plus, j'aime me consacrer au rattrapage : les élèves sont particulièrement motivés et ils nous remercient quand ils réussissent. C'est gratifiant ! »