Ces infirmières françaises ne resteront pas à Arlon, si elles sont imposées en Belgique

Coup de sonde de trois infirmières françaises. Si elles sont imposées en Belgique en 2023 ou 2024, elles ne resteront pas.

Lydie Picard
 Des infirmières françaises ont sorti leur calculette. Lorsqu’elles seront imposées en Belgique, elles perdront 30 à 40% de leur salaire.
Des infirmières françaises ont sorti leur calculette. Lorsqu’elles seront imposées en Belgique, elles perdront 30 à 40% de leur salaire. ©ÉdA – 501414994453

"J e suis angoissée", "c’est catastrophique." Le son de cloche est unanime. Nous avons interrogé trois infirmières françaises qui bossent à l’hôpital d’Arlon. Si au 1er janvier 2023, elles sont bel et bien imposées en Belgique, elles finiront par claquer la porte. Financièrement, elles ne pourront pas se permettre de continuer à travailler chez nous. Elles perdront entre 30 et 40% de leur salaire, l’impôt sur le revenu en Belgique étant beaucoup plus élevé qu’en France.