En photos, 330 courageux sur la 38e Corrida de la Knippchen

Il ne faisait pas un temps à mettre un coureur dans la nuit arlonaise dimanche. Mais malgré des mesures strictes, la Knippchen a bien vécu.

B.G.

On a déjà vu plus de monde sur la Corrida de la Knippchen, avec encore plus de 600 participants en 2018 (647) et 2019 (661). Ils étaient quasi deux fois moins nombreux dimanche soir, 330 courageux par 3 degrés à peine et sous les trombes d’eau glaciales, à prendre d’assaut 3 ou 7 fois les escaliers de la Knippchen direction l’église Saint-Donat sur 3,3 km ou 7,7 km, ou les 2 tours de 800 m, soit 1600 m, pour les plus jeunes.

Mais là n’était pas l’essentiel pour l’ULA, l’Union Lorraine Athlétique, déjà toute heureuse de servir sa 38e Knippchen après une édition virtuelle il y a 12 mois, au départ de l’école communale du Centre.

Sur les 7,7 km, déjà vainqueur en 2018, le Français Kamel Daouadji a remis cela en 26' 34". Auteur d’un chrono de 31' 10" sur 10 km il y a peu, et en l’absence notamment de François Reding, en vacances à Malte, ce dernier n’a pas eu à forcer son talent, pour s’imposer devant son compatriote Sébastien Laurier, 2e, et Adrien Rossignon (voir ci-contre).

Toussaint succède à Reding

En l’absence donc de François Reding, le plus rapide sur 3,3 km en 2018 et 2019, Justin Toussaint, du club organisateur, en a profité pour s’offrir une bien belle et facile victoire en 12' 09", devant Damien Pechon, de l’AC Dampicourt, et Mathias Thomé, du Powermaxx, 3e.

Chez les dames, Véronique de Briey, de Thisnes en province de Liège, et jadis chef de peloton du 1/3 Bataillon de Lanciers au camp militaire à Marche, l’a emporté sur 7,7 km, et Alwenna Guérin sur 3,3 km, devant Amélie Raty, son équipière à l’AC Dampicourt.