Jean-Marie Triffaut (Arlon) : «Un collège entre léthargie et amateurisme»

«En trois ans, j’ai découvert une direction communale autoritaire et affairiste. Un marché pour un nouveau logo attribué au soumissionnaire le plus cher et le moins compétent et, 3 ans plus tard, toujours pas de logo; un élu à qui on ne dit pas qu’il ne pourra plus facturer ses prestations à la Commune et ce fut un drame, le refus d’écouter l’ObsE.

Jean-Marie TRIFFAUX
Jean-Marie Triffaut (Arlon) : «Un collège entre léthargie et amateurisme»
©EDA Benjamin ALAIME

Le bilan de l’action maïorale est fortement entaché. Amateurisme du collège en matière de travaux et de mobilité. Un exemple: les aménagements de pistes cyclables réalisées sans présentation au conseil communal et l’enlèvement, au bout de quelques jours des bordures en béton, et le reste est mal foutu. Léthargie au niveau de la suppression du passage à niveaux de Sterpenich.»