CE QU’IL RESTE À FAIRE

Le travail ne manquera pas pour les trois prochaines années. Le schéma de développement communal est sur les rails. La première étape est franchie, le rapport d’incidences environnementales (RIE) est à venir.

«C’est un dossier fondamental pour savoir vers où on va, où on construit les immeubles, quelle densité d’habitat dans les villages. C’est important par rapport aux promoteurs et aux habitants», précise le bourgmestre. Le plan communal de mobilité est en place lui aussi et avec lui la réflexion sur la mise en zone 30 au centre-ville. «Tout le monde a rouspété. Puis c’est entré dans l’esprit des gens. Ils roulent moins vite, ça pollue moins. Nous voulons surtout encourager les piétons, les cyclistes à se déplacer en ville. Les pistes cyclables mises en place seront évaluées. Le parking à la rue Henri Busch poursuit également cette optique de faciliter la mobilité douce. Même si je suis conscient qu’il n’est pas évident pour les parents d’amener leurs enfants à l’école à vélo. Il faut trouver un équilibre tout en donnant de l’espace aux voitures pour ne pas faire mourir le centre-ville.» Commune pilote, Arlon a reçu 1,2 million de la Région dans le programme Wallonie cyclable.