VIDÉO | Cheveux au vent, un projet cycliste original, créateur de liens

Des personnes âgées vont retrouver le plaisir et la joie de la pratique du vélo grâce à du matériel adapté et des bénévoles pour les accompagner.

Katel Fréson

«Offrir de la joie, une sensation de liberté retrouvée, se sentir vivant», ce sont les leitmotivs de Xavier Bontemps et Yannick Denis, tous deux Arlonais, en créant Cheveux au vent. L'idée germait dans la tête de Xavier Bontemps depuis des années. Ce cycliste passionné s'est investi dans l'accompagnement de personnes âgées en soins palliatifs, mais aussi comme clown à l'hôpital.

Quant à Yannick Denis, maman de cinq enfants, elle emmène sa famille en vacances à vélo depuis des années. «En voyant à l'étranger, des personnes âgées à vélo accompagnées par des personnes valides, je me suis dit que je voulais sentir encore longtemps ce bonheur des cheveux dans le vent.» Résolus à faire équipe en septembre dernier, Yannick et Xavier font appel à deux autres cyclistes passionnés, Marc Jacquemin (le plus ancien vététiste de son club) et Damien Stassart. Les quatre fondateurs lancent en mars dernier la toute jeune ASBL Cheveux au vent. Le principe: emmener en balade à vélo des résidents d'institutions, des personnes âgées isolées ou des personnes en situation de handicap. Il ne s'agit pas ici de tandem, mais de vélos de type cuistax ou pousse-pousse selon les modèles, propices au dialogue.

Des seniors ravis

Le quatuor cycliste s'est d'abord assuré que leur projet serait bien accueilli. «Le personnel des institutions est souvent débordé par toute une série de tâches quotidiennes qui laissent peu de place pour la mise en place d'activités extraordinaires. Nos rencontres avec éducateurs, ergothérapeutes et kinés des institutions nous ont encouragés à oser cette belle aventure humaine», explique Yannick.

Sortir la personne fragile de son lieu de vie en lui laissant une place au sein de la société.

Une journée test avec des vélos adaptés prêtés pour l’occasion, en avril, a convaincu la troupe de concrétiser au plus vite le projet. Monique et sa petite-fille, deux Arlonaises, mais aussi Fernande et Lily de la Résidence de la Knippchen ont adoré la balade. La Seigneurie Ville en Pré, la Résidence la Knippchen, mais aussi la Clairière, le Club thérapeutique, le Jardin d’Arlon sont prêts à embarquer dans l’aventure!

«La meilleure manière d'être contagieux: se rendre visibles! Nous voulons montrer que la pratique du vélo reste bénéfique, même pour la personne fragilisée. Au-delà de l'aspect sportif, nous avons la conviction que sortir la personne fragile de son lieu de vie en lui laissant une place au sein de la société est bénéfique non seulement pour elle, mais pour l'ensemble de la société.» Autre point d'attention: faire tourner gratuitement ces vélos adaptés dans d'autres associations. Les deux premiers vélos commandés à un magasin de vélos d'Aubange arrivent fin juin. L'aventure suscite une belle émulation auprès de nombreux Arlonais («même les chauves», sourit Marc) et donne des ailes à l'équipe de Cheveux au vent.

VIDÉO | Cheveux au vent, un projet cycliste original, créateur de liens
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...