Le petit monde du tennis n'est pas très optimiste pour l'année 2021

Comme beaucoup d’autres sports, le tennis vit des heures difficiles. Et l’optimisme n’est pas de mise pour la reprise en 2021.

Christian VAN HERCK
Le petit monde du tennis n'est pas très optimiste pour l'année 2021
Xavier Moureaux et Steve Darcis, les co-directeurs des écoles de tennis de Bastogne et d’Aywaille. ©ÉdA – 501113373683

Officiellement, le tennis est partiellement autorisé. Le jeu et les entraînements sont autorisés sur les terrains extérieurs. Les cours, entraînements et les compétitions sont possibles en indoor uniquement pour les moins de 13 ans, dans de strictes conditions protocolaires. Les buvettes et les vestiaires sont fermés dans tous les cas de figure. Ces règles sont valables jusqu'au 16 janvier dans le meilleur des cas. «Mais je ne suis pas du tout optimiste pour la suite, se désespère Xavier Moureaux, un des deux boss des écoles «Darcis-Moureaux» qui gèrent les écoles de Bastogne et d'Aywaille. Il ne faut pas se faire d'illusion, les chiffres du Covid ne vont pas s'améliorer avec les fêtes de fin d'année, je crains même qu'ils n'empirent. Je ne vois pas comment on pourrait relancer les activités indoor et les écoles de tennis avant la mi-février. C'est une situation catastrophique pour les écoles et pour les gérants des cafétérias indépendants des deux clubs qui nous hébergent. Si rien n'évolue en février, je crains de véritables catastrophes tant pour notre petite entreprise que pour nos profs. La situation risque d'être intenable.»