«Chacun son rôle, chacun son métier»

À la clinique Saint-Joseph, dans le chef-lieu, Yves Casel, infirmier en chef des services, n’y va pas par quatre chemins: «J’ai été étonné que le gouvernement prenne cette décision.

J.-M. P.

C’est une honte que les politiciens prennent de telles mesures. Demander à des personnes d’effectuer des actes pour lesquels elles n’ont pas les compétences, c’est inadmissible. Et qui sera responsable s’il vient à se passer quelque chose? L’infirmière ou l’infirmier qui supervise.»