«C’est flou, dangereux. Et je pèse mes mots»

Michel Borgs est infirmier-chef de service formation permanente chez Vivalia. Pour lui, c’est loi est une aberration.

W.M.

«Déjà au niveau légal: ce texte est flou, bâclée sur trois pages alors que cela demande un cadre très précis. Ensuite, ces actes infirmiers sont protégés par un arrêté royal et on en a retiré certains aux aides-soignants pour des questions de qualifications! Et puis cette loi dit que le patient n’aura pas le choix de choisir son prestataire de soins; cela va à l’encontre de ses droits légaux.»